Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Revenir en haut

Tout en haut

Les 5 règles de la Supply Chain

Mission de management de transition dans la logistique et la supply chain, avec Delville Management

Par Colin Leisk, Manager de Transition et responsable du pôle Supply Chain au sein de Delville Management. Membre du Club Delville.

« Supply Chain Management » est un des moteurs de la compétitivité de l’entreprise, car une meilleure gestion de la chaîne logistique globale, celle qui va du fournisseur au client final, a un impact direct sur le taux de service, sur le B.F.R. et sur l’efficacité de l’outil industriel. Ses concepts et techniques d’optimisation, désormais incontournables dans le secteur industriel, sont aussi appliqués dans le secteur des services pour la gestion des flux d’information et des transactions. De par ces actions et la transversalité de son approche, la fonction « supply chain » touche toutes les fonctions de l’entreprise ainsi que le cœur de la stratégie. De ce fait, le Directeur « Supply Chain » occupe une place importante au sein du Comité de Direction.
La « Supply Chain » regroupe plusieurs fonctions continuellement en mouvement. Les enjeux de ces fonctions sont croissants et le périmètre toujours plus large, à la fois sur le plan géographique et sur le plan organisationnel. Par conséquent le profil « idéal » du Directeur « Supply Chain » évolue bien au-delà de ses origines dans les fonctions Achat et Logistique, pour répondre aux enjeux de niveau Direction Générale.
Les nouveaux enjeux du Directeur « Supply Chain » font appel à une palette de compétences à mettre en avant pour réussir. C’est l’objet de ce blog, premier d’une série, qui tente d’éclairer l’évolution de cette fonction, en faisant référence à quelques missions conduites par Delville Management.

1. Des projets transverses pour réussir les évolutions stratégiques

Le Directeur « Supply Chain » doit tirer le meilleur des hommes et des femmes associés aux différents projets de l’entreprise. Il est évident que les mutations de l’entreprise sont réussies grâce à la transversalité des projets. Ayant un esprit analytique et une vision transverse par rapport aux silos traditionnels, il est à l’aise tant dans l’élaboration de la stratégie de l’entreprise que dans des projets d’amélioration sur le terrain (en usine, dans la distribution, ou dans les négociations avec clients et fournisseurs…). Qu’il s’agit donc du lancement d’une nouvelle offre, de la percée d’un nouveau marché, de la réduction des coûts ou de la mise en œuvre d’un nouveau progiciel, le Directeur « Supply Chain » est un interlocuteur privilégié qui sait définir des politiques, des processus et des systèmes. Il sait aussi conduire le changement pour obtenir l’adhésion des collaborateurs.

2. La chasse à l’agilité

L’agilité (autrement dit la flexibilité alliée à la réactivité) est au cœur du concept du « Supply Chain Management ». Le mot d’ordre est de faire plus, plus vite, avec moins de ressources ». Ce qui change aujourd’hui c’est que la frontière a été repoussée. A part la maîtrise des flux tendus, le Heijunka, les stocks de consignation et autres techniques du «Lean Supply Chain », il faut chercher des avancées en dehors des frontières de l’entreprise, par une meilleure collaboration avec les clients et les fournisseurs. Le Directeur « Supply Chain » possède un esprit collaboratif ; il est l’ambassadeur des concepts du «Lean» » et aussi de la stratégie de son entreprise.

3. L’utilisation des outils du « Lean» sur l’optimisation du Système d’Information pour faciliter l’amélioration continue

L’énigme du « Lean Supply Chain » est un casse-tête pour les entreprises « Lean » car leurs processus internes sont souvent figés… depuis les années ’90. En cause : des systèmes ERP trop lourds, mono-site, jamais conçus à l’origine pour maîtriser le Heijunka, l’approvisionnement en bord de chaîne, ou bien la coordination en flux tendus de plusieurs usines-maillons de la « Supply Chain ». Le Directeur « Supply Chain » doit maîtriser les Systèmes d’Information et doit construire des options alternatives, quitte à intégrer des solutions visuelles, un portail de collaboration, des SI spécialisés, ou bien étendre le périmètre de l’ERP si la situation l’exige.

4. La prévention des risques…

Une usine textile à Bangladesh s’écroule ; l’unique usine produisant une résine spécialisée s’explose et menace l’industrie automobile d’arrêts de chaîne ; le labo d’une association de consommateurs découvre du cheval à la place du bœuf dans un plat… Quel est le lien commun ?
1/ Les origines de ces événements récents se sont produits chez les fournisseurs de nos fournisseurs, au rang 2 ou 3 de la supply chain ;
2/ Les risques encourus étaient déjà clairs, pourtant aucun des clients n’avaient anticipé le problème ;
3/ Le Directeur « Supply Chain » se retrouve du coup au cœur de l’action. Oscar Wilde avait compris l’enjeu (voir l’œuvre L’Importance d’être Constant) : « le fait de perdre un mari est malheureux, mais le fait d’en perdre deux témoigne d’une certaine négligence. »
Bref, la prévention des risques, surtout en ce qui concerne la « Supply Chain » amont, est trop souvent négligée. Désormais à l’ordre du jour dans les Comité de Direction, le Directeur « Supply Chain » doit apporter une réponse. Cela passe par une analyse des risques tout au long de la chaîne à des plans de prévention ainsi qu’une meilleure collaboration et visibilité des fournisseurs, en allant au plan de reprise en main de la situation en cas du pire..

5. …alliée à une gestion maîtrisée des urgences

Les occasions ne manquent pas : « Sometimes sh.. happens » (attribué à Mark Twain). Et parfois on la cherche, par exemple lors de la reprise d’une entreprise proche de la faillite. Dans toute situation industrielle dégradée, la reprise en main de la logistique, de la planification de l’usine et des achats est primordiale, et nos clients font souvent appel aux managers de transition pour passer le cap. Dans de telles situations l’approche du manager se résume à une campagne militaire : veille permanente sur les détails de la situation, points quotidiens pour trancher des questions, l’accent sur la clarté organisationnelle et des communications claires et non ambigües, la focalisation sur les actions clé à ne pas rater… Bref, le manager doit diriger la situation, rester très visible et en plus insuffler de l’enthousiasme auprès de ses troupes, souvent au seuil de l’épuisement. En conclusion, le périmètre du Directeur « Supply Chain » s’élargit et, en même temps, il est confronté à des enjeux de plus en plus techniques, ceci dans un contexte conjoncturel qui présente son propre challenge. Pour les aider, le Groupe Delville met à leur disposition deux solutions :
– Le management de transition pour fédérer les équipes autour d’un projet stratégique ou opérationnel ou bien pour gérer une urgence
– L’approche Conseil opérationnel métier pour accompagner la Direction Générale dans sa réflexion et ses réussites. Le Groupe Delville apporte un savoir-faire dans l’optimisation de vos processus, de votre Système d’Information et l’accompagnement de vos changements.

Colin LEISK