partage

Témoignage client

Banque/Assurance/Mutuelle
Liens entre fonds d'investissement et management de transition

L’expérience d’entreprises au profit de la gestion d’un fonds d’investissement

Témoignages Delville Management de Transition

En 2008, après 15 années passées à des postes opérationnels, Patrick Malka participe à la création de Newfund, fonds de capital investissement dédié à l’accompagnement des PME.

Quelle est la particularité de votre fonds d’investissement ?

Newfund est un fonds d’investissement monté en 2008 à l’initiative de François Véron. Je l’ai connu lorsqu’il a investi dans une société dont j’étais Directeur Général de 2002 à fin 2007. Nous avons été rejoints en 2009 par Charles-Antoine Morand qui a travaillé chez 3i pendant 4 ans, vécu sa propre expérience entrepreneuriale et a fait du conseil en M&A chez Arkéon. Nous sommes 3 séniors qui avons tous connu le monde de l’entreprise. C’est très important pour le métier que l’on fait, et c’est différent des autres fonds qui viennent essentiellement de la banque d’affaires ou du conseil.

Qu’est-ce que cela modifie dans votre approche avec les entreprises ?

Nous sommes orientés 100% business. Par exemple, nous établissons les pactes d’actionnaires et les montages financiers les plus simples possible. Les montages complexes sont inefficaces pour les PME : ils sont généralement inapplicables quand les sociétés connaissent des difficultés.
De plus, en tant qu’associés minoritaires, nous essayons de fonctionner comme de véritables accompagnateurs. Nous sommes en prise directe avec la société. C’est la raison pour laquelle nous sommes 3 séniors qui avons tous connu le monde de l’entreprise. Depuis le sourcing du dossier jusqu’à la cession de la ligne nous gérons intégralement la relation avec les entrepreneurs pour nous imprégner du dossier en faisant le moins possible appel à du conseil ou à des analystes.

Que recherchez-vous dans les sociétés dans lesquelles vous investissez ?

La condition préétablie est que nous cherchons des entreprises dirigées par des entrepreneurs. L’alignement d’intérêt entre les actionnaires managers et les actionnaires financiers est également un critère d’importance pour Newfund.

Autrement, nous n’investissons pas selon des critères prédéfinis. Nos recherches ne sont pas focalisées sur un secteur d’activité en particulier. De plus, nous nous dégageons totalement de la courbe de maturité de l’entreprise et ne conditionnons pas nos investissements en fonction de la segmentation usuelles : early stage, venture, capital développement, retournement, LBO… Nous sommes intéressés par la « PME dans tous ses états » de 0 à 100 M€ de CA confrontées à des situations de changement fort tant que nous identifions une situation entrepreneuriale, que nous comprenons et partageons les objectifs de l’entrepreneur. Nous sommes convaincus que le retournement d’une société en difficulté qui réalise 30 M€ de CA peut être autant créateur de valeur que l’investissement dans une start up internet.

Quel est le profil des personnes que vous accompagnez ?

Nous accompagnons des entrepreneurs qui ont mis leur talent, leur énergie mais également leur argent dans le capital de l’entreprise pour la développer et créer de la valeur. Nous essayons d’accompagner des « champions » qui ont défini un chemin et dont nous savons qu’ils tiendront toujours la barre du navire, même par gros temps. Le fait qu’ils soient majoritaires au capital de LEUR entreprise, change beaucoup de choses : nos entrepreneurs ne cherchent pas un job. Ils sont entrepreneur par vocation.

Pourquoi votre expérience s’avère-t-elle utile dans l’analyse de situation spéciale ?

Je précise tout d’abord que nous investissons toujours dans une logique d’associés. Nous essayons d’être une boîte à outils. On ne décide de rien, on peut être consulté sur tout et on peut aussi apporter des capacités opérationnelles. Par exemple, il nous arrive négocier avec des banques, structurer un système d’informations financier, créer des opportunités commerciales, identifier des cibles potentielles etc.
Pendant plus de 15 ans, j’ai été Directeur Financier ou Directeur Général à des postes opérationnels dans les média. J’ai sans cesse vécu des situations spéciales qui se sont bien ou mal terminées. J’ai d’ailleurs connu François Véron dans cette situation. L’entreprise dans laquelle je travaillais avait plus de pertes que de chiffre d’affaires ce qui n’avait pas empêché François Véron d’y investir.
Aujourd’hui, le marché fait que nous regardons beaucoup d’entreprises en retournement sur lesquelles nous savons nous positionner rapidement. La rapidité est souvent un élément clé dans ce type de dossiers abimés.

Quel est le profil d’un bon dossier de retournement ?

Newfund n’est pas un un fonds de restructuration. Les éléments clés de succès d’un dossier de retournement selon Newfund résident dans l’existence du couple « business developer »-« verrouilleur ». L’un cherche à relancer l’entreprise en développant le chiffre d’affaires, l’autre discute avec les banques, les fournisseurs et contrôle les dépenses etc. Les bons retournements se font par la top line et la capacité d’exécution des dirigeants en place. Nous cherchons toujours à investir dans des sociétés qui disposent de ces deux compétences qui semblent indispensables, car on peut difficilement être la tête dans les étoiles et les mains dans le cambouis. Nous considérons enfin que les erreurs de parcours n’enlèvent pas la viabilité du projet, ni la qualité d’une équipe. Tout le monde peut connaître l’échec. Il suffit parfois d’un peu d’argent pour faire redémarrer la machine quand les équipes en place ont préparé le terrain et n’ont pas attendu trop longtemps pour aller chercher de la New

Ces opérationnels peuvent-ils être des managers de transition ?

Tout à fait mais de manière ponctuelle ou en appoint de compétence. J’ai cependant croisé des managers de transition du Club Delville lors d’opérations. Ils étaient en mission de management de transition dans des entreprises en difficultés. Lors de ces missions. Certains de ces managers sont parfois amenés à rechercher des fonds pour retourner leur société. Ce sont des dossiers que nous savons traiter sans délai et pour lesquelles nous donnons une réponse rapidement.

Aujourd’hui, quels sont les acteurs du retournement ?

Les fonds de retournement sont peu actifs et de moins en moins nombreux à opérer. De plus, ces dossiers sont complexes. Les fonds traditionnels qui interviennent souvent dans une logique majoritaire sont peu présents, quand ils ne sont pas totalement inactifs. Des personnes qui viennent du restructuring opèrent également au cas par cas. Ils cherchent des fonds deal by deal, et se proposent comme une solution opérationnelle à la tête de la société. Nous ne procédons pas ainsi. Nous regardons les dossiers en nous appuyant sur les équipes en place et sans changer les hommes.