news-letter
partage
Presse

Les trois règles clefs du succès du Directeur Général de Transition

Les clefs de succès du directeur général de transition avec Delville Management

Par Bertrand Lepinoy, responsable de la practice Direction Générale au sein de Delville Management. Membre du Club Delville.

Faire appel à un manager de transition, et plus spécifiquement à un Directeur Général de transition s’inscrit dans la volonté de résoudre une problématique majeure qui impacte l’ensemble de l’entreprise cliente. De nombreux contextes (1) peuvent nécessiter le besoin d’un DGT : défaillances managériales, prise en main immédiate d’une Business Unit, redressement d’une PME, d’une filiale ou d’un Groupe, redéfinition du business model, cession de site, spin off, réorganisation, gestion d’un LBO ou d’une fusion-acquisition, etc.

Nous vous proposons trois règles – bonnes pratiques – qui conditionnent nous semble-t-il le succès des missions de Directeur Général de transition et les bénéfices attendus (2) pour l’entreprise cliente et ses propriétaires, dans le domaine des enjeux et des exigences de l’entreprise cliente, et des critères de sélection du DGT.

 

Règle 1 – Gouvernance & Respect des valeurs

Pour faire face aux enjeux stratégiques de l’entreprise, l’actionnaire et/ou la présidence doit pouvoir s’appuyer, en situation d’urgence, sur un profil de Directeur Général de transition expérimenté, rompu au pilotage d’organisations complexes, au management transversal et à la mise en œuvre des décisions stratégiques prises en comité de direction.

Plus spécifiquement, ce dirigeant doit démontrer une authentique sensibilité aux valeurs profondes, aux enjeux de l’entreprise cliente, aux attentes de ses actionnaires et de ses partenaires sociaux.

 

Règle 2 – Impulsion-animation du projet d’entreprise & Dimension humaine

Ce Directeur Général de transition, doué d’une autorité naturelle et d’une grande écoute, doit savoir piloter et coordonner les équipes qui lui sont confiées avec recul et sérénité, dans le respect des objectifs assignés, de la stratégie déployée et des valeurs (3) de l’entreprise et de ses actionnaires.

La capacité du Directeur Général de transition à communiquer en profondeur et efficacement avec l’ensemble des parties prenantes doit être recherchée par la société cliente. En effet, son aptitude à une représentation interne et externe de haut niveau, la qualité de ses relations interpersonnelles et son goût pour la négociation peuvent également être discriminantes tant vis-à-vis des pouvoirs publics (autorités de tutelle et autres partenaires) que de la vie sociale et de la cohésion interne de l’entreprise qu’il dirige à titre temporaire (mandat social, présidence des instances représentatives du personnel)

 

Règle 3 –  Gestion de la complexité & management de la transformation

Le Directeur Général de transition doit posséder une expérience approfondie de direction générale adaptée au contexte (PME, filiales de grands groupes).

Il doit avoir une capacité démontrée à organiser et restructurer les opérations en environnement complexe, à superviser et animer les grands projets de transformation transverses (centralisation des processus, projets de globalisation, d’investissement, déploiement SI métiers, adhésion aux principes RSE) et à faire face dans les situations sensibles, avec un fort sens du résultat.

 

 

(1) Regroupés sous trois chapitres :
–  les phases de fort développement (international, post-fusac),
–  les situations sensibles (retournement, amélioration de la performance, restructurations corporate et de sites industriels),
–  le « super interim » : relais de la fonction de Directeur Général, dans la continuité de la gouvernance existante.
 
(2) Les principaux avantages d’un directeur général de transition :
–  il est surdimensionné « par construction » dans ses compétences et expériences de DG afin d’être opérationnel et crédible extrêmement rapidement (« dans les 100 heures, pas dans les 100 jours.. »)
–   il permet à l’organisation de maintenir la direction stratégique alors qu’il inscrit sa mission dans une durée limitée,
–   il est en mesure de préserver la stabilité de l’organisation qu’il dirige,
–   il aide l’organisation à surmonter les perturbations inhérentes à la situation,
–   il permet aux actionnaires d’évaluer les candidats au poste de DG, sur la base d’un regard extérieur compétent et légitime,
–   il assure une transition en douceur pour le nouveau DG.
 
(3) Par exemple : Exemplarité, Respect, Ecoute, Pragmatisme, Acceptation & Changement, Transversalité & Collaboration, Profeionnalisme, Responsabilité, Audace & Engagement