Contactez-nous
partage
Presse

CV bashing : qu’en pensent les recruteurs qui reçoivent des CV tous les jours ? Explication de Delphine Phillipe, Club Delville Manager Connecteur de talents chez Delville Management

CV bashing : qu’en pensent les recruteurs qui reçoivent des CV tous les jours ? Explication de Delphine Phillipe, Club Delville Manager Connecteur de talents chez Delville Management

A QUOI SERT VRAIMENT LE CV – On entend tout et son contraire sur le sacro-saint CV, preuve qu’il fédère autant qu’il divise. Pour rétablir la vérité sur ce « résumé » très challengé sur les réseaux sociaux professionnels, des recruteurs ont accepté de détailler leur véritable utilisation du CV : est-ce un outil de premier contact efficace ? Quelles informations utilisent-ils ? En quoi est-ce différent d’un profil ? Lucie Brunel, Christophe Guérin, Delphine Phillipe et Claire Romanet démontent les poncifs qu’ils entendent à longueur de journée sur ce document continuellement critiqué mais toujours pas détrôné.

Le CV, miroir d’une personnalité

Delphine Phillipe
Delphine Phillipe

Si les réseaux sociaux ne détrônent pas le CV, c’est pour une raison simple selon Delphine Phillipe, Club Delville Manager Connecteur de Talents au sein du cabinet Delville Management, spécialisé dans le management de transition : « le profil n’offre pas une information aussi précise et complète qu’un CV », estime-t-elle. Basé sur un gabarit standardisé, la forme du profil est statique, à la différence du CV dont la mise en page est libre. Il offre au candidat la possibilité de maîtriser l’image qu’il veut renvoyer.

Par exemple

  • des listes à puces pour la rigueur
  • des trames pour orienter le recruteur sur certaines infos (bénévolat si on postule dans une association, obtention d’un prix professionnel, etc.)
  • une mise en page élégante pour inspirer le raffinement (utile pour postuler dans le luxe entre autres)
  • des colonnes pour une lecture simultanée des postes et des formations afin de démontrer qu’on se forme régulièrement.

Reste que l’émergence de LinkedIn et Viadeo a fait naître un décalage entre les usages des candidats et les attentes des recruteurs. « Par facilité et parce qu’ils postulent depuis leur téléphone en quelques clics, beaucoup de candidats font souvent acte de candidature via leur profil en ligne. C’est dommage car cela ne dit absolument rien de leur personnalité », regrette Claire Romanet, dirigeante du cabinet de chasse de tête Elaee, spécialisé dans le recrutement de profils digitaux.

Découvrez l’intégralité de l’article de presse dans Cadre Emploi en cliquant ici.