Contactez-nous
partage
Témoignage Manager

Le management de transition en direction juridique

Le management de transition en direction juridique

Une entreprise en forte croissance et en période d’internationalisation avait besoin de créer une filiale dans l’urgence. Elle a donc fait appel à Sylvie Vollet, directrice juridique.

Quel contexte vous a amené à opérer une mission de transition?

J’ai été contactée par une ancienne collègue aux Etats-Unis qui avait pris le rôle de Directeur Juridique d’une multinationale basée en Nouvelle–Zélande. Cette société connaissait un développement fulgurant dans le milieu de la santé et des hautes technologies. Avant même d’avoir crée une société locale et recruté une équipe, elle se retrouvait confrontée à devoir négocier avec un premier client en France, et participer à un ou plusieurs appels d’offres dans l’urgence – les clients cible étaient des entités publiques. Mon rôle pensé à l’origine de la rédaction et négociation d’un contrat s’est transformé en mise en œuvre d’une stratégie juridique (société, contrats clients / fournisseurs et RH).

Quelles étaient les problématiques ?

Les problématiques étaient nombreuses : négocier un premier contrat en urgence pour répondre aux besoins d’un client tout en créant l’entité, recruter au moins un responsable commercial et un responsable technique, mettre en place le cadre pour répondre aux exigences des marchés publics et à leur bonne exécution. Bien qu’implantée en Angleterre et en Espagne, le marché français représentait un pôle stratégique de développement un peu en avance sur les plans.

«Personne ne pouvait me conseiller pendant cette mission»

Quelles difficultés avez-vous rencontrées ?

La difficulté liée à la création et mise en place d’une filiale en quelques mois était renforcée par un pouvoir décisionnel et administratif totalement centralisé en Nouvelle-Zélande. La langue, ainsi que les règles françaises et leurs contraintes en droit du travail, des contrats et des marchés publics, étaient inconnues donc craintes par la société. Le centre névralgique était à 12h de décalage horaire. Il a fallu penser la stratégie et les priorités, gérer la problématique de traduction et expliquer toutes les règles, en passant en temps réel de la négociation à l’obtention de certaines validations cruciales. L’agenda était très compliqué quand vous négociiez le contrat client avant même d’avoir l’entité ou les ressources !

Comment les avez-vous surmontées ?

Par l’enthousiasme et l’énergie ! Bien entendu l’expérience et les connaissances dans le domaine sont primordiales mais c’est la base du management de transition. Il a fallu beaucoup de travail de réflexion/action et d’assurance pour démontrer aux décideurs qu’ils pouvaient avoir confiance, tant en interne que vis-à-vis de l’extérieur, car mon rôle devenait prépondérant dans la représentation du groupe.

«Les sociétés ont généralement un service juridique déjà débordé par les problématiques courantes»

Pourquoi fut-elle une véritable mission de transition ?

C’est le mode tout en un : personne ne m’a dit ou ne pouvait même me conseiller pendant cette mission. Il a fallu définir les priorités, proposer les engagements, les défendre ; vendre ma stratégie à court terme. Vous n’êtes pas là seulement pour faire profiter de vos connaissances techniques mais pour gérer une situation. J’avais déjà connu ces aspects dans le management de crise dans divers postes précédents ou le juriste a une voix importante dans la stratégie.

Si le domaine du management de transition s’est développé très vite, il est encore très en retard par rapport aux pays anglo-saxons et le rôle du juriste est assez nouveau. Mon expérience personnelle en la matière est plutôt de me voir offrir des missions de management en intérim avec le remplacement d’une personne ou la gestion d’un poste ou d’un domaine en attendant un recrutement.

Pourquoi engager un Directeur Juridique en tant que manager de transition ?

Les grandes sociétés ont généralement un service juridique déjà débordé par les problématiques courantes. Lorsqu’un nouveau projet (création d’une société à l’étranger, achat, fusion ou acquisition et intégration, contrat important,…) se présente, soit, les équipes disponibles doivent abandonner les dossiers en cours soit la direction doit le confier à un ou plusieurs cabinets d’avocats, ce qui nécessite une coordination importante.
Pour les PME qui n’ont pas les ressources, lorsqu’une grosse problématique juridique se présente, le projet est souvent confié à la direction Générale ou Financière dont ce n’est pas le métier. Elles n’ont pas souvent les compétences requises en juridique. Je suis persuadée que les juristes en transition peuvent non seulement apporter les compétences manquantes, mais aussi apporter une aide stratégique et vision nouvelle.

Au delà de sa spécialisation, la vraie valeur ajoutée du manager de transition par rapport à du management par intérim , à mon avis, réside dans la prise de risque à savoir ne pas hésiter à lever le ton, imposer un calendrier et défendre son projet pour faire prendre des décisions pas toujours évidentes pour le client. J’entends par « prise de risque », non pas des risques pour le client mais une exposition personnelle sur des choix stratégiques. On ne rentre pas dans les chaussons d’une autre personne ou dans une taille imposée par une autre personne. Cette problématique n’existe pas dans les rôles de direction générale, finance ou RH dans lesquels les managers de transition ont pour habitude d’être décisionnaires, ce qui est beaucoup moins vrai pour une fonction de support comme le juridique.

Le juriste est souvent vu comme moins apte à conduire un projet de A à Z. Ce n’est pas mon expérience. On m’avait déjà confié un projet complet d’implantation d’une société en Chine en passant par la négociation de l’acquisition d’actifs d’une société publique chinoise, la création de la société locale, le recrutement de toute la direction locale, la création et négociation des contrats clients, la création d’une entité R&D…j’ai adoré et réussi ce projet ambitieux en gérant l’agenda tout en coordonnant les autres services du groupe.

Cliquez-ici si vous souhaitez en savoir plus sur le management de transition, ou contactez-nous Découvez le Club Delville