Contactez-nous
partage
Actualités

Parole d’expert – Christophe Caro, Directeur de Mission, Business Unit Industries, chez Delville Management : « Le clair-obscur de l’automobile ? »

Parole d’expert – Christophe Caro, Directeur de Mission, Business Unit Industries, chez Delville Management : « Le clair-obscur de l’automobile ? »

La crise est le moment où l’ancien ordre du monde s’estompe et où le nouveau doit s’imposer en dépit de toutes les résistances et de toutes les contradictions.

Cette définition de la crise du philosophe et homme politique Antoine Gramsci est devenue très célèbre cette année, dans le contexte exceptionnel que nous connaissons tous.

L’ancien monde de l’automobile qui est en train de disparaître est celui que ceux de ma génération garderont en mémoire avec probablement un peu de nostalgie.

L’automobile représentait jusqu’à maintenant pour les uns, un objet esthétique, symbole de liberté, pour d’autres un symbole de puissance ou de réussite sociale et tous désiraient le posséder.

Le nouveau monde sera non plus celui du propriétaire mais du consommateur, la location des véhicules par les particuliers se développe, le covoiturage est entré dans les mœurs, les taxis robots vont arriver prochainement dans nos agglomérations et la digitalisation exponentielle des véhicules nous donne accès à de plus en plus de services. L’évolution rapide de la réglementation favorise le développement de l’énergie décarbonée qui transforme notre imaginaire et notre rapport sensoriel à l’automobile.

Bien évidemment l’ensemble de ces transformations s’inscrit dans une logique d’évolution salutaire à travers une prise de conscience de la nécessité de privilégier la sécurité, la fiabilité, le service, l’environnement et peut-être à terme le coût de l’automobile.

L’écosystème de l’automobile constitué en partie de son industrie, de ses réseaux de ventes de distributions et d’entretien tel que nous le connaissons aujourd’hui sera par conséquent complètement différent demain. Plus que jamais tous les acteurs (institutions, administrations, industriels, acteurs du service…) doivent dès maintenant se préparer à piloter tous les aspects de ce changement majeur. Dans ce cadre, le management de transition doit aussi se tenir prêt à intervenir comme un acteur majeur de la transformation.

Ne rien faire par peur des bouleversements à venir, attendre d’être obligé de réagir sous la pression des évènements est probablement la pire des solutions.

Antoni Gramsci précisait sa définition de la crise ainsi : le vieux monde se meurt, le nouveau est lent à apparaître, et c’est dans ce clair-obscur que surgissent les monstres….