Contactez-nous
partage
Actualités

« Télétravail : devriez-vous recruter un.e Chief Remote Officer ? » Explication de Eric Audoin, Directeur Associé, chez Delville Management, dans Welcome to the jungle

« Télétravail : devriez-vous recruter un.e Chief Remote Officer ? » Explication de Eric Audoin, Directeur Associé, chez Delville Management, dans Welcome to the jungle

Après le Chief Brexit Officer et le Chief Covid Officer, voici le Chief Remote Officer qui, à son tour, devrait susciter de nombreuses réactions du côté des entreprises. Tout droit venu des États-Unis, ce nouveau poste est sous le feu des projecteurs depuis que Facebook a annoncé fin 2020, vouloir recruter un.e « director of remote work » suite à la pandémie du Covid-19. La firme californienne, qui a prolongé le télétravail jusqu’à l’été prochain, souhaite s’entourer d’un tel profil pour faciliter la démarche et faire émerger, à distance, une culture commune. Si l’initiative a fait beaucoup de bruit dans la presse, elle s’apparente surtout à « une déclaration d’intention comme les Gafa savent les faire », selon Rodolphe Dutel, fondateur de la communauté remotive.io. « Facebook n’a aucun intérêt à promouvoir le télétravail. Sa culture est basée sur le présentiel et sa logique est celle du campus. La firme ne se détournera pas d’une méthode qui, jusqu’ici, lui permettait d’attirer les meilleurs talents. Il est probable qu’elle se tourne vers le remote dans quelques années, mais en traînant des pieds et après celles qui auront essuyé les plâtres », estime-t-il.

Pour preuve, avant la crise du Covid-19, le télétravail était une pratique peu répandue chez Facebook. « Comme les autres Gafa, Facebook explore le sujet. Mais elle sait que ce qui intéresse ses salariés, c’est avant tout de pouvoir apprendre aux côtés des meilleurs », ajoute-t-il. Cette annonce a toutefois porté un coup de projecteur sur un tel poste et de questionner sa pertinence. Aujourd’hui, Covid-19 ou non, rares sont les entreprises à envisager de recruter un.e « Monsieur/Madame télétravail ». « Même dans les pays anglo-saxons, où le télétravail est une pratique répandue depuis plusieurs années, ce poste n’émerge pas », indique Éric Audoin, directeur associé du cabinet Delville Management. En France, une poignée d’entreprises, essentiellement des grands comptes, font toutefois figure d’exception. « Un grand groupe bancaire s’interroge sur la manière dont il peut structurer cette fonction et en faire un levier de performance et un groupe automobile a déjà franchi le pas et créé le poste de responsable du télétravail, qu’il doit maintenant adapter aux enjeux post-crise », illustre Cyril Cuënot, associé en charge de la practice RH & Change chez SIA Partners.

Découvrez l’intégralité de l’article de presse dans Welcome to the Jungle en cliquant ici.