Contactez-nous
partage
Témoignage Manager

L’intéret des réseaux sociaux pour un manager de transition

L’intéret des réseaux sociaux pour un manager de transition

Jean-René RIVIÈRE, membre du Club Delville et Directeur Financier – manager de transition.

Quelle est l’importance d’avoir un réseau quand on est manager de transition ?

Être manager de transition signifie que nous n’avons pas de patron, nous n’avons pas de salariés et nous n’avons pas d’entreprise. Je suis tout seul dans une région du monde, cela peut être Brest ou Alger par exemple. Coupé du monde de la recherche d’emploi avec des missions durant entre 6 et 12 mois, il faut absolument rebondir derrière. C’est là que le réseau est primordial. En effet, avant la fin d’une mission, il est extrêmement important d’avoir de la visibilité sur les prochaines responsabilités qui pourraient m’être confiées. C’est à ce moment-là que j’active mes contacts dans le monde professionnel : recruteurs, chasseurs de têtes, cabinets de management de transition. Pour moi, c’est vital, parce que je suis seul et loin des décideurs. Je me raccroche ainsi aux réseaux que je me suis créés.

Comment développez-vous votre réseau ? Comment le cultiver et le fidéliser ?

Aujourd’hui, j’ai un réseau d’environ 400 personnes dans différents cabinets en France et à l’étranger. A chaque fois que je démarre une mission, j’informe ces 400 personnes, de la durée de cette mission et de son contenu. Un mois avant de la terminer, je contacte par email ces 400 personnes pour les informer de ma future disponibilité, de penser à moi et je leur demande si l’on peut coopérer ensemble. Dès que j’ai terminé ma mission, parmi ces 400 personnes, j’ai un noyau d’une soixantaine de contacts (le « Top 60 ») que j’appelle tout de suite pour tenter d’obtenir des rendez-vous, tâter le terrain et mieux connaître leurs opportunités de missions. Parmi ces 60 personnes, j’ai également un « Top 10 » avec qui je reprends contact et je fixe avec eux des rendez-vous, autour d’un petit déjeuner ou bien d’un déjeuner. Je leur apporte mon CV mis à jour, je leur explique ce que je fais de manière à ce qu’ils soient prêts à me faire travailler chez un de leurs clients.

Que vous apporte ce réseau dans votre position de manager de transition ?

Première chose, je suis très terre-à-terre comme beaucoup de financier. C’est la mission de demain : je suis tout le temps en train de réfléchir à ce que je vais faire demain, où je serai basé, avec quel moyen, etc.
Pour moi, travailler est essentiel, c’est mon gagne-pain. En définitive, je compte vraiment sur mon réseau pour ça.
Quand je suis en mission, c’est d’avoir un réseau sur qui m’appuyer et qui peut m’aider. C’est la seconde raison. J’ai aussi un réseau de Directeur Financier, à travers une association de 3000 Directeurs Financiers en France. Je peux avoir une lacune dans un domaine particulier, fiscal, comptable ou autre. Je me permets de solliciter certains membres de cette association pour leur poser des questions, se rencontrer et m’aider à résoudre mon problème en entreprise.
Deux types de réseau sont là pour m’aider : un professionnel, assez technique et un cabinet de management de transition/recruteur pour mon avenir professionnel.

Quelle est l’utilité des réseaux sociaux quand on est manager de transition ?

L’utilité des réseaux sociaux est la visibilité : rester visible et actif. Je me dois d’informer de ma situation actuelle aux personnes en charge du recrutement dans les différents cabinets. Aussi, les personnes en charge de rechercher des compétences sont de plus en plus présentes sur ces réseaux, j’en donne pour exemple un des confrères de DELVILLE qui chaque mois fait paraître un article sur VIADEO, ou un autre qui positionne certaines annonces sur LinkedIN. Dans les 2 cas, connaissant les dirigeants de ces 2 cabinets, je leur réponds régulièrement sur les réseaux. Et ainsi, j’espère rester en haut de « l’affiche ».